Accession à la propriété 18 oct. 2017

Steven et ses enfants ont enfin un toit à eux

C’est seulement après avoir dit bonne nuit à son fils et à sa fille, fermé la porte de leurs chambres respectives et s’être retrouvé dans le salon vide que, en ce premier soir d’une nouvelle vie, Steven a réalisé que ses enfants et lui-même avaient enfin une maison bien à eux.

« Tout s’est produit si vite que c’était irréel, explique-t-il. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression qu’un jour, tout pourrait partir en fumée. »

Avant de s’associer à Habitat Huronie, Steven vivait chez sa mère et son beau-père avec ses deux enfants, Tobio et Lily. Il avait déménagé là deux ans plus tôt, après s’être séparé de son épouse. Quand Steven s’est retrouvé seul, il a vite compris que son salaire ne suffirait pas à payer les factures, et sa mère et son beau-père ont accepté de les accueillir. Malheureusement, avec les deux jeunes sœurs de Steven toujours à la maison, il ne restait pas beaucoup d’espace à partager.

« C’est une petite maison qui n’a certainement pas été construite pour abriter tant de personnes », dit-il.

Quand le frère de Steven habitait ailleurs pour des raisons d’études collégiales, ils avaient un peu plus de place. Steven et ses enfants dormaient à tour de rôle dans la chambre laissée vacante. Autrement, ils se partagent une petite chambre comprenant un grand lit et un lit superposé. Évidemment, comme l’indique Steven, quand on partage sa chambre avec deux enfants de neuf ans et dix ans, ce n’est pas reposant et les bonnes nuits de sommeil sont plus rares.

Cette petite chambre était le seul endroit à eux. La majorité de leurs affaires étaient donc dans un entrepôt. De plus, Steven et ses enfants n’étant pas chez eux, ils ne pouvaient faire de plans ou inviter d’autres enfants sans demander la permission. Dans ces conditions, il était difficile de se sentir chez soi et d’avoir une routine correspondant à leurs besoins. Ils avaient l’impression d’être des invités. Tobio et Lily arrivaient à l’adolescence. Il devenait donc urgent de trouver un endroit où chacun aurait son propre espace.

En quête d’un logement décent et abordable

Entre un emploi à temps plein, le club des Guides de Lily et les matchs de Tobio, Steven trouvait à peine le temps de chercher un logement. Il espérait pouvoir acheter un duplex ou une maison à paliers multiples et trouver des locataires pour l’aider à payer l’hypothèque. Malheureusement, tomber sur un logement décent et abordable s’est avéré plus difficile que prévu.

Tandis qu’il cherchait une maison, il a constaté que l’argent épargné pendant qu’il habitait chez ses parents ne représentait pas une mise de fonds suffisante.

« J’ai alors eu l’impression que je n’avais aucun contrôle sur mon avenir », raconte-t-il. Mais heureusement, quand le beau-père de Steven a vu que ses plans tombaient à l’eau, il lui a parlé d’un article publié dans le journal local au sujet d’Habitat pour l’humanité. Steven avoue qu’il ne savait pas grand-chose de cet organisme à ce moment-là, il a donc décidé de se renseigner.

« Il ne s’agit pas de vous donner une maison sans que vous fassiez des efforts et pour moi, ce fut une révélation. Habitat vous donne accès à la propriété, mais vous devez assumer des responsabilités, comme tout le monde », raconte Steven.

En fait, Habitat vend des maisons à un prix correspondant à sa juste valeur marchande. Il faut déposer une demande et suivre un processus de sélection rigoureux, répondre à tous les critères et donner 500 heures de son temps à Habitat. L’hypothèque est accordée sans mise de fonds et sans intérêt, et le montant des versements n’est jamais supérieur à 30 % du revenu brut du propriétaire. Ce modèle permet aux familles dont le revenu de travail est faible de surmonter certains des obstacles courant de l’accès à la propriété. C’est exactement le coup de pouce dont Steven avait besoin pour améliorer sa vie et celle de ses enfants.

Accès abordable à la propriété grâce à Habitat

Quand Steven a saisi qu’en s’associant à Habitat, ses enfants et lui auraient non seulement plus d’espace, mais également un endroit bien à eux, il a décidé de poser sa candidature. À peine quelques mois après avoir suivi le processus de candidature, le coordonnateur des services à la famille et des bénévoles d’Habitat Huronie lui a téléphoné. Cet appel a changé la vie de Steve : sa demande avait été approuvée.

« J’étais bouleversé », raconte Steven, qui a reçu cet appel alors qu’il se rendait au travail. « J’ai éprouvé un grand soulagement. »

Maintenant qu’il est propriétaire d’une maison Habitat, il a l’impression de reprendre le contrôle de sa vie, et ce, même s’il ne sait pas trop comment disposer les meubles ou quelle couleur peindre les murs. Ces choses sont nouvelles pour lui et il s’y habituera. C’est la première fois qu’il est complètement seul avec ses enfants et que le poids des décisions lui revient complètement. Il avoue que ça peut être un peu intimidant. Heureusement, Tobio et Lily lui sont d’un grand secours.

« Les enfants ont proposé d’installer la télévision sur le mur de la salle à manger – j’ai trouvé ça étrange au début, mais dans le fond, c’est bien, explique-t-il. L’espace reste ouvert et semble deux fois plus grand. »

Après avoir vécu pendant deux ans dans les affaires des autres, Steven a hâte de personnaliser leur nouvel environnement pour que ses enfants et lui s’y reconnaissent.

« Quand on franchit le seuil de la porte d’entrée et qu’on voit nos affaires – forcément par terre en attendant d’être placées – nous savons que nous sommes chez nous. »